skip to Main Content

Comment arrêter de subir son hypersensibilité? – Podcast 6

Comment ne plu subir son hypersensibilté?

Comment ne plus subir son Hypersensibilité?

En prenant conscience que l’Hypersensibilité rassemble des capacités valorisantes et dignes de nombreuses réussites. En prenant confiance en vous.

Second volet sur ce sujet passionnant qu’avoir une sensibilité exacerbée comme meilleure amie au Monde. Chacun est construit selon un assemblage complexe de qualités, de réactions, d’adaptations, de visions de la vie. La richesse de l’Humain réside d’ailleurs dans ces différences de caractère. C’est ainsi que l’on se reconnait en certains en fonction de nos similitudes, ou qu’on se complète avec d’autres alors qu’ils équilibrent nos failles supputées.

L’Hypersensible possède cependant, au travers de l’image qu’on peut avoir de lui quand on ne le connaît pas, de vraies qualités issues de sa particularité.

Outre mon conseil de tenter d’oublier l’opinion des autres sur votre comportement, outre le fait de s’occuper de son corps et de sa santé et des déséquilibres relatifs à l’Hypersensibilité, mon intention dans ce podcast est de vous aider à lister vos compétences et de vos qualités.

Je vous livre donc 10 qualités évidentes à développer : Créativité, Humanité, Hospitalité, Émerveillement…. Ecoutez la podcast pour connaître la suite.

Belle écoute.

Delphine

Évoqué dans le Podcast :

Chaîne YT de Justine Gallice et une de ses émouvantes vidéos sur la Motivation.

Comment ne plus subir son hypersensibilté?

Cet article comporte 1 commentaire
  1. « Aimer, ce n’est pas se restreindre, se limiter, s’enfermer dans plus petit que soi ; c’est au contraire repousser nos propres limites, éprouver nos capacités de dilatation, entendre jusqu’à nos cœurs s’embraser.
    Aimer, c’est donner du sens à nos actions et à nos émerveillement, c’est ressentir la vie couler en soi en Pleine Conscience, c’est s’offrir sans rien retenir, c’est oser le grand saut dans ce qui nous dépasse et nous fait grandir.
    Aimer est un défi, un pari, une façon d’être ouvert(e) au monde, de se montrer accessible, disponible, réceptible, capable d’accueil et de douceur.

    L’amour est une grande inconnue mais une merveilleuse quête, et ceux qui s’y risquent en ressortent bien souvent grandis, transfigurés, transcendés, illuminés, pacifiés, les mots me manquent pour dire le bien que je pense des bienfaits de l’amour donné et reçu.
    Aimer n’est pas contrôler, contenir, compartimenter, conceptualiser, conduire, contraindre ; aimer est se lier, se mettre au diapason, se laisser rejoindre, s’alléger, se centrer, se faire proche des éléments et de nos corps, aussi.
    Aimer donne un sens à tout, en ce compris nos soi-disant échecs, nos plantages successifs, nos vertiges soudains, nos remises en question en pleine nuit, nos crises existentielles et nos passages difficiles. L’amour survit à cela, si l’amour est d’abord un amour partagé, dans lequel la joie de l’autre est recherchée, tout autant que ma propre joie.
    J’en vois trois là au fond qui ne sont pas d’accord, qui me traitent de curé et me proposent de plutôt tenter l’humour. Pas de problème, chers amis, viens donc le moment de conclure : aimer, c’est un chemin, chacun le sien, ni recette ni mode opératoire. Bref, le grand saut, acceptons de nous mouiller, de pleurer puis de rire, de repleurer encore, de ne pas tout comprendre, mais de TOUT pardonner, car aimer c’est donner par-delà toute mesure… non ? »

    ■ Marc Levy – extrait de Où es-tu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top