skip to Main Content

Hypnose ericksonnienne, le vrai du faux

Hypnose ericksonienne et Naturopathie - Delphine Baratier - Campag'Naturo

PNL, EFT, Gestalt, Psychogénéalogie, Hypnose ericksonienne…

Si vous me suivez, vous savez que je suis en pleine réorientation professionnelle. De naturopathe, praticienne en psychologie positive, je migre doucement mais surement vers le métier de Psycho-praticien. Pour le moment, les formations  en PNL et en Analyse transactionnelle sont en cours et ma curiosité est aussi excitée qu’une puce face à un ours en sortie d’Hiver….

Que de connaissances et que d’émerveillement dans ces révélations. De plus, la neuroscience est fascinante. Cependant, et comme pour tout, il y a parfois des pratiques qui m’exaspèrent et perdent le consultant dans son parcours.

J’ai donc demandé à mon amie Sabine, Naturopathe et Hypnopraticienne de nous présenter sa matière. je vous laisse donc avec toute la découverte de ce discipline, qui n’est pas uniquement qu’un amusement de foire. Si son travail et ses compétences vous intéressent, je vous encourage à prendre contact avec elle, via son site Internet.

***

Un moment à la rencontre de l’inconscient, cet immense grenier à trésor

Introduction à l’Hypnose

Quand on parle de l’hypnose, il y a en général plusieurs réactions : « Ça ne fonctionne pas sur moi », « Ouh la ! Tu vas entrer dans mon cerveau », ou encore « J’ai peur de ne pas me réveiller ». Les gens ont souvent la vision de l’hypnose de spectacle en tête et s’imagine que l’hypnotiseur va lui faire faire des choses et qu’il n’aura plus la maitrise de son corps. C’est entièrement faux en hypnose dite « thérapeutique ». Faire la grenouille est réservé uniquement à l’hypnose de spectacle ! Encore que…

Alors nous allons faire le point sur le vrai du faux de cet état modifié de conscience qui effraie autant qu’il est efficace, voir les différents types d’hypnose qui existe, le déroulement d’une séance et en quoi cela peut être utile et bénéfique.

Mais avant tout, il faut avoir conscience que l’hypnose est un état naturel ! Et oui, c’est un état de distraction ou encore dit « état de conscience modifié ». En clair, lorsque vous êtes accaparés par un bon film, ou que votre esprit décroche quand vous conduisez et que vous vous dites « Tiens je suis déjà là » alors vous êtes en état hypnotique. Les enfants sont les plus forts à ce jeu, car pour eux cet état est présent à chaque fois qu’ils jouent.

C’est un état que nous faisons toutes les 90 min environ.

Histoire de l’Hypnose

Le plus ancien descriptif de l’hypnose remonte à 3.000 ans avant JC, grâce à une stèle retrouvée en 1970 en Egypte, qui décrit précisément chaque étape d’une séance d’hypnose, du début avec la phase d’induction jusqu’au réveil.

Au 18ème siècle, l’Abbé de Faria met en avant un travail dit dans un sommeil « lucide » qui donnera naissance à l’hypnose. A la même époque, James Esdaille, chirurgien, rapporte avoir réalisé plus de 2000 interventions avec cette approche grâce à des anesthésies sous hypnose.

C’est également à cette époque que Frantz Anton Mesmer fait connaitre l’hypnose en France, en développant des théories liant le magnétisme à l’hypnose, en se basant sur les travaux de Paracelse et l’existence d’un fluide « universel » réparti en chaque être.

Malheureusement, l’invention du chloroforme en 1846 fera perdre l’usage de l’hypnose pour les opérations.

En 1878, le Dr Jean-Marie Charcot, célèbre neurologue, fonde l’école de la Salpêtrière au sein de laquelle l’hypnose devient synonyme d’hystérie. En effet, le Dr Charcot soignait à cette époque de nombreux hystériques, par l’hypnose, d’où la confusion. De plus, pour le Dr Charcot, l’hypnose est un des symptômes de l’état d’hystérie.

A la fin du 19ème siècle, Freud pratique l’hypnose à travers des suggestions directes faites au sujet, comme l’hypnose traditionnelle de nos jours.

Cependant, il faudra attendre 1937 pour que l’hypnose Ericksonienne voit le jour.

Milton Erickson est également aux origines de la Programmation Neuro Linguistique (PNL) en 1970 avec Richard Bandler et John Grinder.

Hypnose, qui était Milton ?

Milton Erickson, psychiatre américain a passé une partie de sa vie à étudier l’hypnose et son utilisation en psychothérapie. Pour Milton Erickson, l’inconscient est bon et puissant. Il est capable de mobiliser des ressources intérieures, des potentialités susceptibles de conduire aux changements désirés.

L’hypnose Ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution du problème.  C’est la personne elle-même qui trouve ses propres solutions en elle, grâce à des suggestions indirectes faites par le professionnel.

Milton Erickson découvre l’autohypnose très tôt. En effet, en 1919, à l’âge de 17 ans, Erickson contracte une forme grave de poliomyélite. Ne pouvant bouger, il meuble son ennui par des jeux d’observation, par lesquels il développe une capacité à percevoir les signes non verbaux émis à la limite du seuil de perception. Il observe, en voyant ses sœurs discuter entre elles, que souvent le langage verbal dit une chose alors que le langage du corps en dit une autre.

Cette observation est la base de la PNL aujourd’hui. Milton Erickson disait : « Elles pouvaient dire « oui » et penser « non » en même temps… j’ai commencé à étudier le langage non verbal et le langage corporel ».

Ses efforts pour se rééduquer l’amènent à redécouvrir par lui-même beaucoup des phénomènes classiques de l’hypnose et la manière de les utiliser à des fins thérapeutiques. Erickson raconte : « Je ne pouvais même pas dire où se trouvaient mes bras et mes jambes dans mon lit. C’est ainsi que j’ai passé des heures à essayer de localiser ma main, mon pied, ou mes orteils, en guettant la moindre sensation, et je suis devenu particulièrement attentif à ce que sont les mouvements ». Il passe aussi des heures entières à observer sa plus jeune sœur apprendre à marcher.

Après onze mois d’entraînement, Erickson est capable de marcher avec des béquilles et s’inscrit parallèlement en médecine et en psychologie à l’université du Wisconsin. Il réussit ses études et devint en 1939 Directeur de la recherche et de la formation psychiatrique au sein de l’hôpital psychiatrique Eloise, pendant 11 ans.

Durant toutes ces années, il apporte une nouvelle vision de l’inconscient en se plaçant à l’opposé des théories freudiennes. En effet, pour lui, l’inconscient est la source des énergies nouvelles que nous ignorons. Donc l’objectif premier de l’hypnotiseur est de faire découvrir au client ses propres ressources, qui vont lui permettre d’opérer en lui une modification.

Hypnose ericksonienne et Naturopathie - Delphine Baratier - Campag'Naturo

Quels sont les différents types d’Hypnose ?

L’hypnose la plus pratiquée à travers le monde est l’Hypnose dite traditionnelle. Elle a été la première forme d’hypnose pratiquée et est caractérisée par un aspect autoritaire et directif du patient hypnotisé. Le professionnel se place en position haute et donne quasiment des ordres.

En France, est surtout pratiquée l’Hypnose Ericksonienne, qui fait parties des branches dites brèves car le nombre de séances pour accompagner une personne est particulièrement réduit. Elle se base sur des suggestions indirectes, non dirigistes. L’hypnotiseur se positionne en position basse, contrairement à l’hypnose traditionnelle. Chaque client est unique.

Le praticien utilise des suggestions indirectes, et est particulièrement attentif à la personne afin d’adapter son attitude, son langage et sa voix en fonction des indications que le sujet lui renvoie, afin d’être en accord avec la personne et le travail effectué.

Il utilise pour cela des métaphores, des histoires ou des anecdotes et reprend certaines expressions/mots dits par le client durant la discussion préalable à la séance.

Il existe aussi l’Hypnose Conversationnelle, qui au travers d’une conversation qui pourrait ressembler à la problématique de la personne, l’accompagnateur va amener la personne vers un état de mieux-être par son attitude et son langage adapté. Dans cette pratique, il n’y a pas de transe profonde.

Cette technique est par exemple utilisée à l’hôpital Mère enfant de Bron (69) en stimulant l’imagination des enfants, afin de changer leur image du bloc opératoire et réduire leur stress avant une intervention.

L’auto-Hypnose permet à une personne de s’induire seule dans cet état modifié de conscience et ainsi peut chercher en elle les ressources nécessaires pour trouver ses propres solutions.

Enfin, l’Hypnose de spectacle. Tout comme l’hypnose classique, c’est avec un style très directif que l’hypnotiseur fait faire ce qu’il veut au spectateur. L’hypnotiseur repère dans le public des personnes très facilement hypnotisables, afin de les faire participer à son spectacle et leur faire réaliser plusieurs tours, comme oublier leur prénom ou leur âge… Ce type d’hypnose doit rester dans votre esprit du spectacle et en aucun cas être confondue avec les autres types d’hypnose !

Ce type d’hypnose de spectacle doit rester dans votre esprit du spectacle et en aucun cas être confondue avec les autres types d’hypnose !

Et gardez à l’esprit que vous pouvez toujours sortir de cet état hypnotique à tout moment, en vous concentrant sur autre chose par ex, et en le voulant très fort.  Si vous assistez à un spectacle du plus grand hypnotiseur connu du moment « Messmer », vous pourrez voir qu’il dirige toujours les spectateurs et leur parle en permanence pour leur faire effectuer ses « tours », et que certains décrochent et se réveillent.

Hypnose, déroulement d’une consultation

Une consultation dure en moyenne de 1h à 1h30.

Elle commence par une discussion entre vous et le professionnel, afin de comprendre exactement comment se manifestent les troubles, ce que vous ressentez, depuis quand vous souffrez… afin de récolter différents éléments de votre langage dans le but d’adapter la métaphore au plus près de la personne. Cette étape permet de comprendre la « carte du monde » de l’autre afin que le travail colle au plus près à sa façon d’être.

Cette discussion est également le moment d’échanger sur le déroulement de la séance, de possibles craintes autour de la séance. Il faut être totalement rassuré et détendu pour être pleinement acteur durant la séance.

Ensuite, une fois après avoir vérifié que les téléphones soient bien éteints, tout le monde s’installe confortablement dans un fauteuil et l’accompagnateur commence la phase d’induction. Cette phase est importante, car c’est elle qui amène dans cet état modifié de conscience.

Pour cela, l’hypnotiseur peut utiliser une technique de relaxation proche de la sophrologie par exemple, où il invite à détendre chaque partie du corps, muscle après muscle… ou alors il peut aussi  inviter à s’imaginer dans un lieu qui est agréable et dans lequel on se sent déjà incroyablement détendu.

En alternant la vitesse de sa voix, la hauteur des sons ou encore en imbriquant des histoires les unes dans les autres, l’hypnotiseur va chercher à saturer la conscience d’informations, afin qu’elle lâche prise et que l’on puisse pleinement être réceptif et dans cet état modifié de conscience.

Attention ! On ne dort pas vraiment durant une séance. Il est courant d’utiliser ce terme en hypnose, néanmoins, en réalité on ne dort pas, bien au contraire, on entend tout ce qu’il se passe autour soit.

Ensuite, lorsque le professionnel reconnait les signes montrant que l’état modifié de conscience. Alors, soit il approfondit la transe, soit il entre dans la phase dite de travail. C’est dans cette phase qu’il est utilisé des métaphores et autres histoires contenant des suggestions indirectes afin que l’inconscient trouve en lui-même les ressources nécessaires pour accompagner au mieux le client dans sa problématique.

Et enfin la dernière phase dite de réveil, même si, vous l’avez compris, on ne dort pas vraiment.

Hypnose ericksonienne et Naturopathie - Delphine Baratier - Campag'Naturo

Hypnose, le Vrai du Faux

Oui tout le monde est hypnotisable ! Seulement la phase d’induction pour amener la personne en état modifié de conscience sera soit plus longue, soit différente. Certaines personnes n’ont besoin que de quelques minutes pour se laisser aller et lâcher prise, alors que d’autres on besoin de plus de temps. Cela n’est en aucun cas dérangeant, car l’hypnotiseur a, comme je l’ai déjà évoqué précédemment, toute une palette d’inductions différentes à sa disposition pour amener toute personne dans cet état modifié de conscience.

Vous avez entendu les bruits autour de vous donc cela n’a pas fonctionné… C’est normal que vous entendiez les bruits, la conscience est toujours présente et on ne dort pas réellement. L’état hypnotique est cet instant juste avant de tomber dans le sommeil, donc vous entendez les bruits extérieur mais votre inconscient écoute la voix de l’accompagnateur donc pas de soucis, cela fonctionne.

Vous n’allez pas vous réveiller. L’état hypnotique n’est pas un état de sommeil profond comme lorsque l’on dort la nuit, donc pas de panique, tout le monde se réveille. Et sinon, votre hypnotiseur vous stockera dans une pièce avec les autres personnes qu’il n’a pas réussi à réveiller (Joke !)

L’hypnotiseur vous fera faire n’importe quoi : NON. Cela n’est possible qu’en hypnose de spectacle… Et encore ! La conscience étant toujours présente, il est toujours possible de sortir de cet état modifié. Donc quand vous êtes sur scène et que l’on vous demande de faire une chose que vous ne voulez vraiment pas, il est possible de résister, en pensant fortement à autre chose par exemple.

Hypnose, à l’écoute de la personne

Comme je l’expliquais précédemment, en Hypnose Ericksonienne, l’hypnotiseur est en position basse par rapport au client. En effet, la séance est un travail d’équipe, le professionnel ne sait rien à l’avance, c’est une collaboration.

De plus, en étant à son écoute durant toute la séance, en observant sa respiration, ses mouvements oculaires durant le travail, l’hypnotiseur ne fais qu’un avec la personne sur le fauteuil. Il peut ainsi calibrer ses intonations pour vous rassurer si le travail semble difficile par exemple.

Ensuite, en vérifiant l’écologie de l’objectif souhaité (C’est-à-dire en vérifiant que ce que vous souhaitez travailler est bon pour vous) votre accompagnant reste 100% connecté à vous afin de vous aider dans la réussite de votre objectif. En demandant par exemple à votre inconscient de lui faire un signe en levant un doigt par exemple, pour répondre oui, quand le travail est terminé ou que celui-ci est parfaitement adapté et bon pour vous.

Il est recherché un mieux-être pour la personne.

C’est peut-être là que je trouve que l’hypnose de spectacle doit vraiment rester du spectacle et où mon éthique personnelle est quelque peu malmenée. En effet, quand une personne hypnotisée se met à faire les bruits des animaux et ensuite se trouve ridicule, je me demande ce qu’elle garde comme sentiment….quels sont les dommages, si dommages il doit y avoir bien entendu? Peut-être que j’exagère. Donc encore une fois, gardez à l’esprit que c’est du spectacle et que peut-être tout a été dirigée par l’hypnotiseur lui-même pour le spectacle justement !

Usage de l’Hypnose de nos jours

L’hypnose s’adresse à tous ceux qui souhaitent un changement dans leur vie, adultes comme enfants.

L’hypnose aide :

  • à améliorer nos potentiels comme l’apprentissage, la concentration, la préparation aux examens, gestion du stress, créativité…
  • Lors de troubles psychosomatiques comme les migraines, le bégaiement, les problèmes de peau…
  • Lors de troubles fonctionnels comme les dépendances (sucre…) et addictions (cigarette, jeux, alcool, internet…), contre les peurs et les phobies, se libérer du stress, perdre du poids…
  • La douleur, préparation à l’accouchement, douleurs chroniques…

Ceci n’est que des exemples, car l’inconscient est un immense grenier à trésors.

Cependant, il existe aussi des contre-indications ! La première étant les limites de compétences du professionnel lui-même. Si vous voulez faire une séance d’hypnose, assurez-vous donc de choisir un hypnotiseur qui a effectué une formation certifiante reconnue par une fédération française et ou internationale comme la FFHTB. 

Les autres limites sont : les patients présentant des troubles psychotiques.

Enfin, une autre limite est la relation entre vous et le professionnel.  Vous allez effectuer un travail ensemble, et la confiance que vous lui accordez est primordial. Il faut avoir le feeling afin de pouvoir complètement lâcher prise. Cette limite est valable aussi bien pour l’hypnotiseur que pour le client.

L’hypnose ne se soustrait ni à un avis ni à traitement médical.

Sabine Labourier, Naturopathe et Hypnopraticienne

 

Cet article comporte 2 commentaires
    1. : Bonjour, bonjour. Je vais te donner un exemple. Je viens d’annuler tous mes rendez-vous programmés en Juillet avec mon psy car ses méthodes ne me conviennent plus. J’ai décidé de retourner voir le précédent avec qui j’aimais consulter.
      J’ai beaucoup travaillé avec le premier pendant 8 mois en tout et ses services ont été excellents. Cependant son approche ne me convient plus.
      Ce n’est pas grave, il n’y a pas mort d’hommes. Sache que pour toutes professions d’accompagnements, il existe des syndicats, qui recensent les praticiens qui ont suivis des écoles.
      Et si tu te trompes sur une personne, tu peux toujours en changer. Chaque frein et barrières que l’on se met n’est que ceux que l’on projette.
      Certains de mes accompagnements n’ont pas été adéquates pour une poignée de clientes, et elles sont allées voir ailleurs. Et elles ont raison.
      Belle journée.
      Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top