skip to Main Content

Pourquoi je vous saoule avec la Positive Attitude et les Petits bonheurs? – Podcast 7

Positive Attitude et Petits Bonheurs

Et ça y est, elle va encore nous parler de ces Petits Bonheurs, avec ce ton mielleux insoutenable, comme si tout était beau et gentil! #mercidenepasvomir

Les petits bonheur, ou cette Positive Attitude dont j’entends dire de certains qu’elle vous gonfle parfois.

1 – Petits bonheurs, c’est bon pour le moral

C’est sur que ça vous prend la tête cette évidence d’une pensée positive. Différente de celle dans laquelle vous aimez vous lover parfois : ronchonner, se victimiser, se trouver des excuses, accuser le monde entier, son manque de capacité, être un chat noir. On vient vous pousser dans cette fameuse zone de non-droit, où vous ne souhaitez pas qu’on foute le barzingue, parce que vous y êtes bien.

Vous y êtes mal, mais vous la connaissez par cœur. Bref, je ne vous apprends rien, vous connaissez la chanson.

Cela dit, ça se plaint et ça pleurniche quand même. « Pourquoi ça tombe toujours sur moi? », « Qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu? »,  « Le Monde est naze, nul et pourri! », « On va tous crever ».…. Et j’en passe et des plus réjouissants.

Toute cette morosité vous tire vers le fond et certains jours, rien qu’à l’évocation des actualités, vous avez envie d’aller vous rouler en boule sous le lit et ne plus jamais bouger.

Et pourtant, si on veut tenir, aller mieux et ouvrir les yeux le matin en ayant envie de croquer la vie à pleine dent, rien de mieux que d’AGIR maintenant et de dire « Hello, aujourd’hui est un nouveau jour », avec un sourire radieux, comme le dirait Laetitia de « Le corps, la maison, l’esprit ».

Parce que tout ça fait du bien d’être dans l’auto-persuasion, de prononcer des mots engageants, de vouloir vivre chaque jour intensément, et parce qu’on fait des associations cérébrales. 

2 – Petits bonheurs et fonctions cérébrales

Mais surtout, connaissez-vous la notion de plasticité cérébrale? Tout au long de notre vie, depuis la naissance à maintenant que vous êtes en train de me lire, votre cerveau a effectué des connexions entre des contextes et des réactions corporelles.

En soit, s’il y a trop de lumière, il sait que la pupille doit se rétracter, l’œil doit cligner, et le front commencer à transpirer. Il sait aussi que si vous réussissez à un examen, il peut se réjouir et montrer des signes de satisfaction. Sauf si vous avez grandi dans une famille où les émotions doivent être tenues. Dans ce cas, il saura qu’il doit contenir ses effusions. Vous voyez ce que je veux dire?

En fonction de votre génétique, mais aussi de vos croyances, de votre éducation, des événements de votre vie, le cerveau fait des connexions neuronales. Une histoire de causalité naturopathique un peu, non? 

Or, on sait aussi qu’en devenant adulte, nous avons la possibilité de développer et d’entraîner le cerveau. Notamment en le familiarisant avec des pratiques et des habitudes. Les deux neuroscientifiques Rick Hanson et Richard Mendius l’ont mis en exergue grâce à leurs travaux sur les moines bouddhistes et leur cortex, siège des connexions neuronales, plus épais que celui de n’importe qui. Si vous cherchez les références du livre écrit sur cette étude, c’est en bas.

Un moine bouddhiste méditent plus de 8 heures par jour, alors vous pouvez bien vous donner la peine de réciter quelques mantras, trouver des petits bonheurs et permettre d’ancrer dans votre matière grise que la vie est belle et mérite d’être vécue.

Je vous invite à écouter ce podcast et prendre conscience que tout dépend de vous. Et la Psychologie positive et tous ses fervents porteurs de voix comme moi sont prêts à vous y aider.

A ce titre, je me suis attelée à fabriquer un bonus, téléchargeable en cliquant sur le lien en bas d’article. Ce bonus est un jeu, sous forme de DIY.

Je vous propose de commencer à travailler sur vos connexions. Quand on vous demande de parler de petits bonheurs, d’instants subtiles, de joies intérieurs, vous avez parfois du mal à les trouver, tant vous êtes pris la tête dans le guidon. Grâce cet humble jeu, vous allez pouvoir vous poser des questions pendant 21 jours afin de faire travailler vos souvenirs récents de la journée et trouver de jolies choses dans votre vie. 

DIY Mes petits bonheurs dans la Vie

Amusez-vous aux petits bonheurs et belle écoute

Delphine

Edit : Je me suis trompée dans mon développement sur le Podcast et j’ai inversé la place des choses dans la composition du neurone. L’information arrive par les dendrites, et repartent par les axones et non l’inverse comme je l’ai dit.  

Évoqués dans ce Podcast :

Positive Attitude et Petits Bonheurs

 

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Brs merci Delphine pour ton histoire du petit bonheur , hi, hi, hi
    J’avais avec ma fille fait le pot mais hélas nous avons pas vraiment kiffer.
    Donc je vais réitéré avec tes questions 21jours déjà,
    Bonne soirée
    Cecile 30
    1. : Hello Cécile. Je viens d’aller voir ce qu’était le pot à petits bonheurs.
      Je serai intéressée de savoir pourquoi tu n’avais pas aimé cette méthode.
      J’ai bien ma petite idée sur la réponse, mais j’aimerai avoir ton retour.
      A bientôt.
      Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top